Monday , December 10 2018
Accueil / Opinions / Quel leadership pour la communauté musulmane au Québec?

Quel leadership pour la communauté musulmane au Québec?

Share

La Charte des valeurs “québécoises”, avec tous les défauts de fond et de forme qu’on pourrait lui trouver, a eu un avantage sans égal : Il a permis de déclencher le débat et la réflexion au sein la communauté musulmane elle-même.

La question du leadership et la nécessité d’avoir une voix unique au nom de notre communauté sont deux éléments qui ont été discutés et analysés dans tous les espaces : les cafés, les enceintes des hôtels, les mosquées, la rue et sur les réseaux sociaux. Si la question est importante, les réponses et les propositions, elles, demeurent non évidentes.

Il est utile de rappeler certains faits avant d’analyser en profondeur.

Une manifestation historique

La manifestation du 14 septembre 2013 initiée par le Collectif Québécois Contre l’Islamophobie (CQCI) a réussi à mobiliser un nombre impressionnant de personnes de toutes les confessions. Cette marée humaine a été considérée par des médias et des observateurs comme étant la plus importante depuis le printemps érable et probablement la plus grande que la communauté musulmane au Québec ait pu mobiliser depuis des années.

“Une campagne de salissage des messagers”

La couverture médiatique a été intense au Québec et ailleurs au Canada et dans le monde. Les desk politiques des journaux nationaux et certains animateurs dans les studios des radios et les plateaux des télévisions n’ont pas été souvent tendres et neutres dans leur couverture. Cette partialité s’est manifestée d’une manière claire après la conférence de presse organisée par le CQCI et l’apparition, pour la première fois, de son porte-parole Adil Charkaoui avec Cheikh Menyaoui, le Président du Congré Musulman de Montréal. M. Charkaoui a mené un combat juridique contre les autorités canadiennes à propos des certificats de sécurité dont il était lui-même victime et qu’il a gagné en cour.

À partir de ce jour là, les médias et certaines voix dans la communauté ont commencé la deuxième phase d’attaque et de dénigrement en s’attaquant au messager plutôt qu’au message, comme aimait dire Adil Charkaoui dans certaines de ses interventions.

Les différentes réactions au sein de la communauté n’ont pas été différentes de ce qui se passe actuellement dans les pays musulmans ou dans certains pays européens avec une présence musulmane importante : attaques personnelles au lieu d’un débat d’idées, une rivalité entre personnes et structures, et une guerre sans merci pour se positionner comme leader et figure communautaire auprès des politiques et aux yeux des médias.

Les mosquées qui rentrent en jeu

Même au niveau des mosquées et les différents associations qui les encadrent, nous avons assisté à des réunions de crise, une inflation des communiqués de presse et des pratiques idéologiques dignes de partis politiques. Plusieurs d’entre elles ont appelé les fidèles à ne pas manifester le 14 septembre et certains bénévoles du CQCI ont été interdits après la prière du vendredi 13 septembre, de distribuer les tracts qui appellent à la manifestation, à la sortie des mosquées.

Certains fidèles ont manifesté leur colère contre certains prêcheurs qui ont appelé à ne pas manifester.

Laïcards et groupes identitaires: même combat

Ne pas se laisser faire par un collectif « méconnu » à date, a été le mot d’ordre que se sont donnés les mouvements laïques au sein de la communauté et quelques groupes identitaires.

Des groupes qui étaient en hibernation ou des mouvements virtuels ont fait surface pour crier à l’intégrisme et au risque d’importer les maux des pays d’origine sur le sol québécois.

Même les stratégies de télémarketing ont été déployées pour dissuader les membres de la communauté à appuyer la manifestation. Des témoignages ont confirmé la réception d’appels de la part de certains “leaders” les incitant à ne pas cautionner des activités menées par “des intégristes”.

Toute cette panoplie de tactiques pour discréditer les organisateurs n’a rien donné. La mobilisation était au rendez-vous.

Question de timing ou d’approche ?

Certains ont dit que le contexte et le moment n’étaient pas favorables pour une telle sortie, d’autres ont mis en cause l’approche et la stratégie elle-même en argumentant qu’il ne fallait pas faire du bruit et rester discret comme font d’autres communautés.

Pour la communauté musulmane actuellement, elle ne peut compter que sur ses nombres et les voix qu’elle peut faire sortir lors d’un scrutin.

Est-ce qu’une manifestation était la meilleure action? Le CQCI répond: “elle est bonne mais elle n’est pas la seule. Rien ne peut empêcher de mener d’autres combats politique ou de lobbying pour réaliser des acquis au profit de la communauté musulmane.”

Pourquoi la question du leadership ?

Avant de parler de leadership, il est important que ceux et celles qui en font appel comprennent le concept lui-même et ses paramètres. L’article ne peut s’attarder sur ces éléments mais, je vais expliquer juste une chose dans le cas de la communauté musulmane.

Si nous nous referons à l’exemple de la France, le modèle conçu et exécuté par Sarkozy d’un Islam de France, en soumettant la communauté et sa représentativité au jeu des élections, n’a pas donné les résultats escomptés, au moins pour la communauté musulmane de France; sinon, pour les autorités, elles ont réussi à faire éclater davantage cette communauté qui en paie encore le prix.

Le type de leadership que le gouvernement français voulait instaurer est ce qu’on peut appeler un leadership de droit où le leader exerce sa fonction sur la base d’un statut ou d’une autorité.

Ce dont la communauté musulmane en situation minoritaire a besoin, y compris ici au Québec, est un leadership de fait, c’est à dire qui tire sa légitimité d’un ascendant ou d’un prestige particulier, de la personnalité et des qualités personnelles du leader qui exerce une influence sur le groupe.

Il ne faut pas aussi confondre un gestionnaire (ou manager) et un leader, les deux qualificatifs n’ont pas besoin d’être réunis chez une seule personne,

Ceux et celles qui appellent à un leadership unique de la communauté musulmane ignorent ou oublient le fonctionnement de cette communauté.

La diversité des opinions au sein de la communauté est une source de force, une preuve de sa dynamique et un carburant pour sa vivacité.

En plus, un leadership ça ne se fabrique pas dans dans des hôtels ou dans des cafés. On ne désigne pas un leader; il s’impose par son charisme, ses réalisations et ses sympathisants.

Dans le contexte actuel, nous ne pouvons plus se permettre de rester dans des sous-sols et murmurer dans nos salons ou dans des cafés tout au long de la journée. La communauté a besoin de toutes ses composantes et de toutes ses ressources pour combattre l’islamophobie et la discrimination dont souffrent plusieurs dans le marché de l’emploi ou au niveau de l’accès à la propriété ou à la location.

(Visited 182 time, 1 visit today)
Share
Salim Abounaja
Salim Abounaja on FacebookSalim Abounaja on Twitter

About Salim Abounaja

Check Also

Une critique islamophobe « raisonnée » ?

Dans un article récent, publié dans Le Devoir, le professeur de sociologie Rachad Antonius reproche …

One comment

  1. Un vrai leader doit être élu démocratiquement par les membres de la communauté qu’il prétend représenter
    Notre communauté est diversifiée et cela suppose la présence de plusieurs leaders qui représentent diverses sensibilités.
    Le leader charismatique dont vous parlez qui s’imposerait par sa seule aura …on appelle ça un prophète et je trouve dangereux de prétendre se passer du vote pour se proclamer leader
    AUCUN porte parole associatif n’a été élu pour parler en notre nom. Pour l’instant tous les pseudo leader musulmans sont des imposteurs
    je prefere encore faire parler moi pa rla ouche de Patrice Brodeur ou Jean ren Milot. Au moins, ils tirent leur legitimité de leurs diplômes, leur expertise et leur credibilit scientifique et par conséquent n’ont pas de permission à me demander pour parler de l’islam
    j,espere que mon commentairene sera pas censuré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.