Monday , January 22 2018
Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Accueil / Coups de Gueule de Salim / Musulmans du Québec: Rebelote.

Musulmans du Québec: Rebelote.

Share

 Après le lancement des opérations de la coalition en Iraq et en Syrie, tout semble dire que les musulmans, en Occident en particulier, doivent témoigner de leur bonne foi pour ne pas faire l’objet de surveillance, d’arrestation ou de rejet par les sociétés d’accueil.

Au Canada, après les deux derniers drames survenus à Saint-Jean-Sur-Richelieu et à Ottawa, la communauté musulmane a été mise sous pression. Entre appels à la dénonciation ou à la condamnation, les courants de droite et les islamophobes s’en ont donné à cœur de joie.

Au Québec, un an après le houleux débat autour du projet de la charte qui a mené le parti québécois droit vers la défaite, les musulmans ont été interpellés par les médias et certains membres de leur communauté à se dissocier et à dénoncer ces deux drames.

Si certains, ont vite répondu à l’appel, d’autres l’ont tout simplement dénoncé car il incarne une accusation implicite: Pourquoi dois-je m’en dissocier ? s’est indigné plusieurs personnes rencontrées dans des lieux publics ou dans certains interactions sur les réseaux sociaux. Durant une semaine, les médias québécois interpellent et invitent “certains leaders” communautaires ou religieux pour faire acte de bonne foi. Une grande partie des associations et des mosquées, sous les pressions sociale et médiatique ont abdiqué. Est-ce la bonne stratégie ? Non disent une partie des analystes qui voient dans ces appels une  manœuvre malsaine qui profitent au moins à deux parties:

– Le gouvernement conservateur qui voulait justifier sa participation impopulaire à la coalition et faire passer ses lois sécuritaires contre les musulmans en particulier.

– Les identitaires et islamophobes du Québec qui cherchaient à se ressusciter après la défaite du 07 avril dernier et le calme qui s’en est suivi dans la Belle Province.

Les médias de Quebecor se sont illustrés par leurs couvertures biaisées.

Du côté de la branche “presse écrite”, quelques heures à peine et avant même que les enquêtes livrent leurs conclusions, plusieurs chroniqueurs et blogueurs ont pondu des textes à la limite de l’hérésie. Lise Ravary, Gilles Duceppe, Richard Martineau et Sophie Durocher, tour à tour, ont mis en avant des titres qui mélangent subtilement, mais d’une manière malsaine, des mots clés sonnant l’alarme envers la société d’accueil.

Pour les plateaux LCN et TVA, la consigne est la même: enfoncez encore le clou et faites monter un groupe contre l’autre. Les entrevues, les émissions, les reportages se sont succédés ad nauseam. Ceux qu’on presentait, par naïveté ou par intention malsaine, comme leaders communautaires, n’étaient rien d’autres que de personnes qui parlaient en leurs propres noms, sans maîtrise des dossiers sur lesquels sont interpellés. Ils fournissaient des arguments qui relèvent plus de la culture populaire et populiste que sur des études ou chiffres validés. Il y en a même certains qui ont proposé de “mettre des bracelets électroniques aux suspects” et “qu’ils font entièrement confiance à la GRC”.

Un membre de la communauté qu’on voyait partout sans aucune maîtrise des mots.

Ceci, sans compter les pages islamophobes, qui pullulent la toile québécoises au su et vu des services de sécurité et qui profèrent à longueur des journées des propos haineux et islamophobes et des appels aux crimes.

Certes, durant cette épisode tragique, qui perdure encore, il y aura un (des) gagnant(s), mais sûrement pas les musulmans. L’expérience nous a montré, depuis le 11 septembre 2001, que dans la plupart des lois liberticides qui ont été votées dans les pays occidentaux ont visé principalement les droits et la liberté des musulmans qui y résident.

 

 

Share
Salim Abounaja

About Salim Abounaja

Check Also

Commission sur la discrimination systémique: les dessous d’un hold-up

Le volte-face de Philippe Couillard la semaine dernière dans le dossier de la Commission sur …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *