Monday , October 23 2017
Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Accueil / Opinions / Cas Hamza CHAOUI: fluctus in simpulo.
Imam Hamza CHAOUI

Cas Hamza CHAOUI: fluctus in simpulo.

Share

Par Nora Kachachou*

Si on analyse la posture et les propos de l’imam Hamza Chaoui à la lumière de plusieurs paramètres à savoir, la dictature qui a dû le faire fuir, l’exil, son jeune âge et la probable désillusion d’un échec d’intégration qui doit probablement être lié à l’islamophobie, on se rend compte que cet homme n’a pas d’agenda politique ou une quelconque intentions malsaines, car si c’était le cas, il n’aurait pas publié ses enregistrements faits à la mosquée sur les réseaux sociaux. Il aurait opté pour une démarche plus occulte. En visionnant une de ses vidéos, j’ai pu constater qu’il explique les choses de façon très naïve. Ceci dit, ce n’est pas sa propre pensée qu’il exprime, mais il est juste dans un rôle de transmetteur de savoir tel qu’il l’aurait acquis. Il le fait donc d’une façon directe et disciplinée. Une méthode littéraliste qui lui parait la meilleure c’est-à-dire la plus fidèle possible au Coran et aux hadiths.

J’ai remarqué qu’il souligne souvent la distinction faite par rapport au message de la révélation et à sa propre opinion personnelle. Il essaie donc d’apprendre aux autres ce qu’il a tout simplement appris. C’est comme celui qui a compris un problème de travers il va l’apprendre à quelqu’un d’autre de façon erronée tout en ayant la ferme conviction que c’est juste. À force d’être trop fidèle aux textes il a fini par trahir son essence.

On peut lire aussi sur sa page Facebook : « Les femmes se font torturer en Birmanie, en Syrie, elles se font violer et en Palestine, elles se font emprisonner, en Somalie les femmes crèvent de faim, mais les occidentaux ne se préoccupent que pour la femme qui n’a pas le droit de conduire en Arabie Saoudite. NB : Je suis contre cette loi, car il n’existe aucune preuve dans le Coran ni dans la Sunnah qui interdit à la femme de conduire. » Il dénonce l’indignation sélective des Occidentaux qui focalisent, selon lui, trop sur l’interdiction à la femme saoudienne au détriment de celles qui souffrent plus. Si on veut agir de façon positive, il faut diagnostiquer le problème de façon plus approfondie et mettre en place des solutions qui n’exacerbent pas le phénomène mais qui puissent le réduire ou y mettre fin. Pour cela, il faut prendre le taureau par les cornes en cessant de penser le problème de radicalisation par la médiation de Paris, mais en le pensant par des québécois et par le Québec. On doit aussi se poser les bonnes questions.  Allons-nous copier ou reproduire ce que fait la France en la matière, d’autant plus que nous savons que sa politique sur la question a été un fiasco? Allons-nous nous inspirer des dictatures arabes qui poussent les Imams à opter pour une formation religieuse souterraine et toute croche, à cause de la mainmise de l’état, de l’instrumentalisation politique de l’Islam et de la répression des imams qui ne rentrent pas dans le moule?

Autant de questions auxquelles il faut répondre si on ne veut pas stigmatiser ou favoriser un groupe religieux au détriment des autres.

*Les opinions exprimées sont celles de leurs auteurs respectifs et n’engagent en rien The Muslim News.

Share
Nora Kachachou

About Nora Kachachou

Check Also

Une critique islamophobe « raisonnée » ?

Dans un article récent, publié dans Le Devoir, le professeur de sociologie Rachad Antonius reproche …

3 comments

  1. Salam aalikoum,
    Je crois que ce monsieur Hamza était super-stupide,parce qu’il a donné l’occasion à un groupe de personnes sans scrupule,haineux et raciste de bien amplifier et detourner ses paroles.
    Mr Hamza devrait être intelligent et eviter ce genre de paroles,il doit comprendre que tous les musulmans sont sous surveillance etroite,il y a des gens qui cherchent que des failles même minimes aux pauvres musulmans de l’occident pour les fusiller et leurs rendre la vie dure.
    Donc Mr hamza et les autres prêcheurs musulmans,vous êtes en occident,comprenez sur quel terrain vous jouez,essayez de comprendre ces sociétés occidentales,elles ne sont pas musulmanes et elles ne sont pas obligée de l’être.
    Malheureusement,actuellement vous etes(musulmans) le mouton noir,une compagne de salissement de l’islam et les musulmans qui est bien menée,financée par les grands lobbies avec beaucoup,beaucoup d’argent.

  2. Savala,

    Comme vous êtes naïf… ou vous jouez le rôle des islamistes. En d’autres mots, vous dites aux islamistes de la trempe de Chaoui, Charkaoui, Shakir, Jebbari… et toute cette ribambelle d’islamistes intégristes installés au Québec, d’islamiser à la douce sans se faire prendre. De continuer leur contamination culturelle et spirituelle de notre société… et d’éviter les failles…

    Malheureusement pour nous, nous avons fait confiance en accueillant chez nous des milliers de musulmans qui ne veulent pas s’intégrer à notre société et qui nous confrontent tous les jours en portant ostensiblement les symboles de cette hérésie qu’est la religion musulmane… en multipliant les mosquées et les centres où les jeunes musulmans sont islamisés, où ils apprennent le Coran par cœur… au lieu de suivre le régime pédagogique du MEQ (Ministère de l’Éducation du Québec).

    Non monsieur, il n’y a de campagne de salissage au Québec, il y a une campagne d’information qui nous montre quand c’est nécessaire les dérives de l’islam dans notre société… Ex: Construire une mosquée à Shawinigan pour 15 familles!!

    Allez! Reprenez votre lecture de ce qui se passe au Québec… vous n’y êtes pas du tout!

  3. Stephanie Ouellet

    Moi, quoique je ne partage pas du tout les propos de M. Chaoui, je supporte la liberté d’expression garantit par la Charte au Canada. Si ces propos sont dans les limites de la loi Canadienne, je veux dire par exemple, pas d’incitation au meurtre, pas d’incitation a la violence, etc. alors il a tout à faire le droit des dires.

    parce que c’est facile de défendre la liberté d’expression quand le débat fait «ronron» comme un gros chat dégriffé sur son coussin satiné. C’est plus difficile quand cette liberté est exercée pour faire grincer des dents ou encore, quand elle est exercée par des groupes minoritaires, voire extrémistes, qui s’éloignent dangereusement du consensus social.

    Merci
    Stephanie Ouellet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *