Friday , November 24 2017
Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Accueil / Opinions / Du califat à la sphère privée…

Du califat à la sphère privée…

Share

Lorsque l’Europe impérialiste a voulu abolir le califat ottoman, elle a fait croire à la Oumma que des États musulmans seraient tout à fait acceptables tant qu’ils se limiteraient aux territoires géographiques qu’on leur fixerait (Accords Sykes-Picot).

Une fois, le califat démantelé, la notion de l’État nation a été imposée aux territoires colonisés ou à ceux qui allaient accéder à une certaine forme d’indépendance. L’islam fut ainsi écarté du pouvoir politique avec la bénédiction des différentes confréries soufies qui ont été très utiles dans cette tentative de laïcisation.

Pourtant, que ce soit pendant la période coloniale ou post-coloniale, l’islam est resté fortement présent non seulement dans certaines constitutions de pays qui n’ont pas tout à fait écarté la religion du pouvoir mais surtout dans les pratiques religieuses individuelles et collectives, les traditions, le système d’éducation traditionnel – et religieux dans certains cas – et dans les pratiques sociales. Bref, la conscience collective -comme dirait Durkheim- est demeurée fondamentalement islamique. D’où la nécessité pour les puissances occidentales et les élites acculturées qui les représentent sur le terrain de passer à un autre niveau, celui de la collectivité voire celui de l’individu!

Désormais, ce n’est ni le califat ni le sultanat qui retiendra l’attention, mais la polygamie, le voile, les mœurs, la morale islamique, le culte, etc. Graduellement, les pratiques religieuses ainsi que les symboles islamiques seront remis en question, surtout en ce qui a trait à leur présence dans la sphère publique!

L’islam, répéteront ad nauseam les suppôts du modèle occidental, doit être avant tout spirituel, invisible et sans pouvoir sur la vie des gens ni sur les politiques des États!

Ont-ils réussi à imposer leur modèle?
” Certes, ils ont ourdi des complots. Mais leurs complots n’échappent pas à Allah, fussent-ils de taille à déplacer les montagnes. ” (Sourate Ibrahim: 46)

Share
Adil Charkaoui
Adil Charkaoui on FacebookAdil Charkaoui on Twitter

About Adil Charkaoui

Check Also

Une critique islamophobe « raisonnée » ?

Dans un article récent, publié dans Le Devoir, le professeur de sociologie Rachad Antonius reproche …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *