Friday , November 24 2017
Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Accueil / Coups de Gueule de Salim / Le CPRMV, joyau de la couronne du roi Coderre

Le CPRMV, joyau de la couronne du roi Coderre

Share

Éloges et financements publics ne tarissent plus à l’endroit du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), devenu depuis sa création un véritable joyau de la couronne de sa Majesté le roi Coderre.

Jugez-en par vous-mêmes.

Rudy Demotte, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Yvan Mayeur, le maire de Bruxelles. Bruce A. Heyman, l’ambassadeur des USA au Canada. Et la fin de semaine, M. Ban Ki Moon, le sécrétaire-général de l’ONU. Toutes ces excellences ont rendu visite au Centre et exprimer leur admiration pour son approche. C’est dire !

Tout le monde salue donc l’initiative, et si l’on croit les déclarations de son directeur, l’ex-policier M.  Herman Deparice-Okomba, il y a de quoi. Son Centre ne chôme.

On apprend ainsi que depuis sa création, c’est-à-dire depuis moins d’une année, le CPRMV a reçu au minimum 800 appels de signalement, qui ont débouché sur 140 interventions directs de la part des ressources du Centre. Parmi ces 140 interventions, au moins 9 dossiers ont atterri chez la police.

Il y a deux semaines, le directeur informait que son Centre a même eu à traiter des cas de « radicalisation » au sein des entreprises privées.

Bref, la machine « radicalisation » semble rouler à plein régime.

Reste seulement une question. Comment décide-t-on d’intervenir ou pas, de transférer aux organes de sécurité ou non ?

Cette question est d’autant plus pressante que M. Okomba lui-même affirmait hier au Journal de Montréal que les gens appelaient son service « parce qu’ils ont des préoccupations et veulent avoir de l’aide. Ils veulent savoir s’ils ont raison de s’inquiéter ou pas à propos du comportement d’une personne parce qu’il n’y a pas de profil en matière de radicalisation violente ».

declaration-Deparice-Okomba

Il n’y a pas de profil ?! Alors, sur quoi s’appuie le Centre pour décider que le signalement concerne bien un cas de « radicalisation menant à la violence » ? À la lumière du nombre plutôt élevé d’interventions (140 individus en quelques mois), n’est-il pas contradictoire, et très préoccupant, de soutenir l’absence de profil ?

Bien sûr, poser cette première question, c’est y répondre.

Mais, comme si le signalement généralisé et l’intervention douteuse n’étaient pas en eux-mêmes assez inquiétants, M. Okomba en a rajoutait en insistant, selon le Journal de Montréal, sur « l’importance du travail en amont ». Il encourage ainsi les gens à appeler sa structure « avant que la personne soit très loin dans le processus de radicalisation ».

On l’aura compris. On invite les gens à signaler dès qu’ils ont un doute sur un individu (musulman) même si les experts de M. Okamba eux-mêmes, aux dires de M. Okamba lui-même, ne sauraient dire à quoi ressemble l’individu à signaler. Cela ne dérange finalement pas. Après tout, prévenir c’est comme vacciner. À part le stigmate, et parfois quelques effets secondaires, ça ne tue que rarement…

Alors quitte à prévenir en agissant rapidement et en amont, et pour faire du pouce sur la logique qui semble animer le CPRMV et ses commanditaires, pourquoi attendre le signalement volontaire ? Pourquoi ne pas systématiser l’intervention préventive à tous les musulmans de la province en leur rendant obligatoire la visite du Centre, une ou même deux fois par an ?!

Salim Abounaja

Share
Salim Abounaja
Salim Abounaja on FacebookSalim Abounaja on Twitter

About Salim Abounaja

Check Also

Les indépendantistes identifient mal la décadence du PQ

Et il y a eu l’affaire des réfugiés haïtiens! Un autre drame humanitaire exploité à …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *