Monday , October 23 2017
Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Accueil / Coups de Gueule de Salim / Démocratie en péril au Québec

Démocratie en péril au Québec

Share

Ceux et celles parmi vous qui vivent au Québec, au moins, depuis l’affaire des accommodements raisonnables, savent que le traitement des dossiers impliquant une personne ou une institution musulmane n’a jamais été repos ni pour la personne ou l’institution concernée ni pour la communauté elle-même.

Le traitement médiatique a très rarement été juste et équilibré. Au contraire, il a usé de sa tyranie pour imposer un agenda aux politiciens et a interféré dans le processus judiciaire quand il y a eu lieu.

D’une simple information ou d’un simple fait, et suite à une recrudescence médiatique selon des calendriers éditoriaux établis avec soin, on arrive à en faire une affaire d’État.

Dans la dernière affaire Maisonneuve, l’accusation farfelue que l’on rapporte dans les médias soulève trois aspects sur lesquels il nous faut s’arrêter, en tant que musulmans mais aussi en notre qualité de citoyens d’un État de droit.

Primo : qui est visé par cette accusation à rebours ? Adil Charkaoui, bien sûr. Mais cette réponse n’est pas suffisante. Il faut ajouter que la cible est plus précisément Adil Charkaoui le coordinateur d’un collectif citoyen oeuvrant contre l’islamophobie. En cherchant par conséquence à le discréditer, on ne veut rien de moins qu’à régler des comptes avec une des voix, pour ne pas dire la seule, qui porte réellement lorsque vient le temps de dénoncer le racisme antimusulman et, encore plus, les promoteurs de ce racisme dans les médias dominants de la province du Québec.

Secundo : l’accusation mise de côté, il faut prendre conscience que nous sommes devant le deuxième cas d’abus de pouvoir politique frappant une personnalité musulmane du Québec. Ce qui se passe actuellement n’est en rien différent du traitement injuste que l’on a fait subir à Hamza Chaoui. Dans les deux cas, à la suite d’une campagne (acharnement) médiatique, biaisée et sensationnaliste, des politiques interviennent en instrumentalisant l’administration municipale (le bureau des permis ou la police) pour nuire à un citoyen et l’accuser publiquement sans preuve.

Tercio : les musulmans mais aussi tous les militants des droits de l’homme de la province devraient bien méditer cette nouvelle pratique : abuser du pouvoir politique et administratif pour faire taire des musulmans. Nous ne sommes plus ici devant une simple discrimination systémique visant les membres d’une minorité religieuse. Nous sommes plus dangereusement devant une érosion sournoise de l’État de droit. Si aujourd’hui celle-ci frappe des musulmans qui dérangent, elle risque demain de frapper tout le monde, sans distinction.

Salim Abounaja

Share
Salim Abounaja
Salim Abounaja on FacebookSalim Abounaja on Twitter

About Salim Abounaja

Check Also

Se faire du capital sur les corps des morts musulmans

Durant les deux dernières semaines, nous avons assisté  à une couverture médiatique importante du processus …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *